L’allergie au pollen : les facteurs de risque et les remèdes disponibles

AccueilSantéAllergiesL’allergie au pollen : les facteurs de risque et les remèdes disponibles

L’allergie au pollen est provoquée par le pollen, un élément indissociable de la fleur, propagé par le vent et par les insectes. Il est important d’identifier le type de pollen allergisant avant de prendre le traitement adéquat.
illustration « L’allergie au pollen » cliquer pour agrandir

L’allergie au pollen touche de nombreuses personnes à cause de la diversité des espèces de pollen, de leur mode de propagation et de la sensibilité des personnes. En effet, le pollen peut voyager sur plusieurs kilomètres de distance, mais tous les pollens ne déclenchent pas des allergies. On peut prendre des antihistaminiques pour combattre les symptômes de l’allergie, mais dans certains cas, on peut également avoir recours à l’immunothérapie pour en guérir complètement.

Le pollen et les allergies

La période la plus propice pour les allergies au pollen va du mois de janvier au mois d’octobre, avec un pic intense de la pollinisation pendant les mois d’avril, mai et juin. De juillet à août, on assiste à une pollinisation extrême de l’ambroisie, qui provoque des allergies très handicapantes.

Les différents types de pollen

On distingue trois principaux types de pollen :

  • les anémophiles, des pollens qui se propagent par voie aérienne ;
  • les entomophiles, qui sont transportés par les insectes;
  • le gros pollen (visible à l’oeil nu), qui est présent chez le sapin ou le pin.Le pollen anémophile est le principal responsable des allergies et il en existe plusieurs espèces qui sont caractéristiques à chaque type de plante. Le pollen des arbres, transporté par le vent et par les insectes cause également des allergies chez certaines personnes, même si c’est assez rare.

Parmi les types de pollen qui sont très allergènes, on peut citer :

  • le seigle,
  • le chiendent,
  • l’avoine,
  • le phléole,
  • le blé,
  • Le fétuque,
  • L’ambroisie.

L’allergie croisée au pollen

L’un des principaux problèmes de l’allergie au pollen est la forme croisée des allergies. Ainsi, une personne qui est allergique au chiendent développera aussi des allergies pour les espèces de la même famille. Une allergie croisée peut s’étendre jusqu’aux fruits et légumes, c’est pourquoi il est nécessaire, non seulement d’identifier le pollen, mais également tous ses dérivés.

Les symptômes de l’allergie au pollen

Les principaux symptômes de l’allergie au pollen sont le rhume des foins et les démangeaisons, notamment au niveau des yeux et des oreilles. La conjonctivite est également un signe caractéristique de l’allergie, quand elle est accompagnée de toux persistantes et de problèmes respiratoires. On estime que l’allergie au pollen est l’une des plus handicapantes car elle génère une grande fatigue chez la personne pendant plusieurs mois. Par exemple, une personne allergique, qui a été exposée au pollen pendant ses vacances d’été va souffrir de fatigues chroniques jusqu’en octobre ou novembre.

Le rhume des foins

Le rhume des foins est particulièrement violent chez les personnes sensibles au pollen des arbres. Il se manifeste par des éternuements incessants et peut entraîner des infections respiratoires. C’est un facteur aggravant pour le développement de l’asthme. Heureusement, le pollen des arbres ne touche qu’une fraction des personnes allergiques.

Comment identifier une allergie au pollen ?

Les symptômes de l’allergie au pollen ne sont pas toujours faciles à identifier, car ils ressemblent à un simple rhume ou à une grippe. Aussi, quand on développe l’un de ces symptômes, notamment après un séjour à la campagne ou dans des zones forestières, il faut consulter rapidement un allergologue, qui est le plus apte à identifier, à partir d’un certain nombre de tests, le type de pollen et ses dérivés et il donnera des conseils pour éviter les zones à risques.

Traiter l’allergie au pollen

La plupart des problèmes d’allergie au pollen peuvent être traités avec des antihistaminiques, qui sont prescrits par un allergologue. Ces médicaments vont réduire l’intensité du rhume des foins et faire disparaître les démangeaisons. Le médecin peut également prescrire du calcium et des vitamines, si on souffre de fatigue chronique à cause de l’allergie. Mais, ces solutions sont pour les symptômes, alors qu’on peut guérir de l’allergie au pollen par la désensibilisation.

En quoi consiste la désensibilisation au pollen ?

La désensibilisation ou l’immunothérapie consiste à faire prendre au patient des petites quantités de pollen pour habituer son organisme et pour qu’il puisse se défendre d’une manière efficace. C’est un traitement de longue durée et les premières séances sont éprouvantes pour le patient, mais l’avantage est qu’on multiplie les chances de guérison. Il est cependant à noter que la désensibilisation peut échouer chez certaines personnes.

Démangeaisons de la peau : principales causes et traitements

Les démangeaisons déclenchent l'envie de se gratter et de...

La pose d’implants dentaires, une intervention nécessaire mais risquée

L'implant dentaire est une sorte de vis introduite dans...

Le blanchiment des dents : techniques, coûts et risques

Chez les dentistes, le blanchiment des dents se fait...

L’allergie aux acariens : les solutions pour réduire les symptômes et traiter la maladie

Il existe de nombreux moyens pour prévenir l'allergie aux...

Les différentes méthodes de diagnostic d’une allergie

Pour diagnostiquer une allergie alimentaire, il est nécessaire d'établir...

Les causes, les symptômes et le traitement des allergies médicamenteuses

Une allergie à un médicament apparaît lorsqu'un individu est...

Les principaux remèdes contre les allergies aux cosmétiques

De nombreux cosmétiques disponibles sur le marché peuvent déclencher...

Les allergies cutanées, un trouble souvent bénin aux causes multiples

Quelles que soient leurs causes, les allergies cutanées se...

Prévenir, maîtriser et traiter la rhinite allergique

La rhinite allergique est une forme d'allergie provoquée par...