Comment dépister, prévenir et traiter les problèmes d’allergies alimentaires ?

AccueilSantéComment dépister, prévenir et traiter les problèmes d’allergies alimentaires ?

Les allergies alimentaires surviennent en général dans la petite enfance, période pendant laquelle le système digestif de l’enfant est en pleine construction. Elle peut apparaître et se constater spontanément et le choc peut être brusque et inattendu, voire mortel. Ainsi, il est nécessaire de pouvoir dépister les causes pour la prévenir. Si l’allergie en elle-même ne peut pas être véritablement soignée, il est impératif de pouvoir la contrer en ayant les bons réflexes.

Quid de l’allergie alimentaire

L’allergie alimentaire est une forme d’allergie qui apparaît après l’ingestion d’un aliment, qu’on peut alors qualifier d’allergène. Les symptômes varient d’un individu à un autre et ils peuvent apparaître spontanément ou après un certain laps de temps.

Les allergènes souvent en cause

Chaque personne est susceptible de développer une allergie à n’importe quel aliment. On peut toutefois citer quelques aliments qui sont les plus souvent responsables de nombreuses allergies, à savoir :

  • les œufs
  • le lait de vache
  • les arachides et les noix
  • les poissons et les fruits de mer divers.

La réaction allergique

Afin de savoir les causes des allergies alimentaires, il faut avant tout comprendre comment se déclenchent ces allergies. En effet, le processus de déclenchement d’une allergie alimentaire est basé sur la présence des mastocytes, qui sont des cellules se trouvant dans les muqueuses buccales, nasales, intestinales et cutanées. Lors de l’ingestion d’une substance allergène, notamment apportée par un aliment, l’organisme libère une quantité d’histamine à travers ces cellules, qui provoque alors une apparition de nombreux troubles et les premiers symptômes de l’allergie apparaissent.

Les symptômes cliniques des allergies alimentaires

Les symptômes de l’allergie sont souvent désobligeants, quelquefois même induisant des situations fatales en cas de choc anaphylactique. Les symptômes sont généralement l’apparition des démangeaisons ou d’éruptions cutanées. Parfois, on note des œdèmes dans l’œsophage, qui peuvent bloquer ou gêner la respiration. En résumé, les symptômes peuvent être classés en fonction de leur localisation :

  • les symptômes digestifs (diarrhées et crises de vomissement, reflux gastrique, coliques),
  • les signes cutanés (crises d’urticaires, eczémas, rougeurs, démangeaisons cutanées, gonflements),
  • les symptômes respiratoires (crises d’asthme, difficultés respiratoires, laryngite, toux),
  • les autres symptômes (palpitations, brusque diminution de la pression artérielle).

Prévenir les allergies alimentaires

La prévention consiste assez souvent à prendre de mesures contre les allergies alimentaires. Elle commence par définir les aliments non tolérés par l’organisme, puis de s’abstenir d’en consommer et de les remplacer par d’autres types d’aliments. Chez le nourrisson en particulier, il s’agit très souvent d’allergie au lait de vache. Pour y remédier, privilégier autant que possible l’allaitement au sein de la mère. Prévenir c’est également savoir s’il y a des antécédents d’allergie alimentaire dans la famille, pour pouvoir éviter les aliments à risque.

L’éviction, une meilleure alternative de traitement

Les médecins préconisent très souvent aux patients allergiques des régimes d’éviction, c’est-à-dire, l’arrêt total de consommation d’aliments risquant de provoquer l’allergie. Faire part en l’occurrence de l’allergie aux proches, à la famille ainsi qu’aux fréquentations pour les préparer en cas d’ingestion involontaire. Avoir à sa disposition des antihistaminiques, de l’adrénaline ou des corticoïdes pour y faire face en cas de choc. Chez le nourrisson, éviter ou limiter au minimum les aliments dont la consommation pourrait engendrer des problèmes d’allergie.

Les traitements d’urgence en cas de crise

Parfois, la réaction de l’organisme après l’ingestion de l’allergène peut être assez brusque et violente et les risques peuvent être d’une extrême gravité, d’où le recours à l’auto-injection. Pour cela, on utilise souvent une substance à base d’adrénaline également appelée épinéphrine. Cette dernière aide à pallier aux chocs, notamment en cas de choc anaphylactique et permet de rétablir le rythme cardiaque. La forme injectable est privilégiée pour sa capacité à se propager immédiatement dans le sang et l’auto-injection aide, alors, l’organisme à se remettre rapidement en cas d’urgence.

Pour cela, il est important d’établir un diagnostic précis avec l’aide d’un médecin et d’un spécialiste en allergologie pour confirmer l’allergie, définir l’allergène et dans la même mesure de trouver la meilleure alternative de prévention et de traitement d’urgence.

Les allergies cutanées, un trouble souvent bénin aux causes multiples

Quelles que soient leurs causes, les allergies cutanées se...

Prévenir, maîtriser et traiter la rhinite allergique

La rhinite allergique est une forme d'allergie provoquée par...